L’ANBF existe depuis 1996, mais a fortement évolué au fil du temps. À l’origine, il s’agissait d’une association destinée aux néerlandistes universitaires de Belgique francophone. Ensuite, le public cible s’est élargi aux néerlandistes français. Depuis 2011, l’ANBF constitue un lieu de rencontre pour tous les chercheurs et professeurs de néerlandais des régions francophones, de tout niveau et de tout type d’enseignement.

L’Association des Néerlandistes de Belgique francophone (ANBF) a été fondée à l’initiative de quelques enseignants de langue et littérature néerlandaises, provenant de quatre institutions universitaires de Belgique francophone. Ils ressentaient le besoin de contacts plus institutionnalisés entre les néerlandistes actifs dans l’enseignement supérieur francophone.

La création d’un groupement d’intérêts pour les néerlandistes de Belgique francophone a été discutée au cours d’une assemblée spéciale lors du colloque triennal de l’Internationale Vereniging voor Neerlandistiek (Anvers, août 1994). Le premier groupe de travail était composé de Guy Janssens (Université de Liège), Sonja Vanderlinden (Université Catholique de Louvain), Joseph Vromans (Université Libre de Bruxelles) et Elisabeth Leijnse (Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix).

En 1996, ce comité constitutif a donné naissance à une association sans but lucratif.

Les enseignants du supérieur non universitaire, notamment des hautes écoles formant à la traduction, ont rapidement rejoint l’ANBF, dont le nom a été modifié un an plus tard pour répondre à la demande de collègues français. Si l’abréviation ANBF est restée inchangée, elle renvoie dorénavant à l’Association des néerlandistes de Belgique francophone et de France. 

En 2010, il a été décidé d’ouvrir largement l’association, qui s’adresse à présent à tous les néerlandistes et professeurs de néerlandais, de l’école primaire à l’université, en passant par l’immersion et la formation des adultes.